ATELIER DE LANCEMENT : UNE INITIATIVE D'ENVERGURE NATIONALE

La lutte contre la stigmatisation passe par l’identification des groupes vulnérables (Femmes  au foyer, drogués, TS, MSM), une meilleure connaissance de leurs comportements de stigmatisés ou d’auto-stigmatisés. Ces informations sont nécessaires pour déterminer les actions à entreprendre pour leur acceptation par la société, faciliter l’acceptation de leur statut sérologique et promouvoir l’accès aux soins sans lequel la communauté s’expose aux conséquences d’une propagation de la pandémie. Tel est, en substance, le message des parties prenantes au cours de l’atelier national  de lancement du projet de lutte contre la stigmatisation et la discrimination à l’égard des personnes vivant avec le VIH-Sida et  tenu à la Maison de la Culture Douta Seck le 14 mars 2011.

Dans sa communication liminaire, le Docteur Lamine Sar, Coordonnateur du projet mis en œuvre par le Réseau Santé Sida Population du CONGAD en partenariat avec l’Alliance nationale contre le Sida (ANCS), récipiendaire principal du Fonds mondial Round 9 phase 1, a souligné qu’il est nécessaire que le PV/VIH soit un citoyen à part entière qui cesse de se culpabiliser, retrouve l’estime de soi, accepte sa maladie et accède aux traitements.
Le Docteur SARR, qui a attiré l’attention sur la nécessité de lever les contraintes socioculturelles qui pèsent sur les PV/VIH, a relevé l’importance du partenariat entre le CONGAD, dont l’action couvre le territoire national et l’ANC, qui dispose d’une expertise reconnue dans la lutte contre le SIDA.
Quant à Momar Talla KANE, Président du CONGAD, il a inscrit le projet dans le cadre de la poursuite des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Il a ensuite réaffirmé l’engagement du consortium et de son Réseau Santé Sida Population (RESSIP), dont il a salué l’engagement du Coordonnateur, Amadou CISSE,  à consolider le partenariat avec l’ANC pour une contribution encore plus efficiente des organisations de la société civile à la lutte contre le VIH/SIDA.

La Directrice Exécutive de l’ANCS, Mme Maguette Mbodj GUEYE a rappelé les missions de l’alliance qui, en relation avec les autres acteurs de la lutte contre le SIDA, a joué un rôle déterminant dans la formulation d’une réponse communautaire. Grace à l’ANCS, cette participation efficiente des OSC a été bien articulée à l’action publique impulsée par le Ministère de la Santé et le Conseil national de lutte contre le sida (CNLS). Ainsi, les OSC ont contribué, dans la synergie, aux efforts qui ont permis au Sénégal de maintenir un taux de prévalence faible se situant à 0,7%. En guise de conclusion, Mme Maguette Mbodj GUEYE a exprimé la volonté de l’ANCS de renforcer le partenariat avec le RESSIP/CONGAD, qui mène son action de plaidoyer-lobbying avec une démarche originale et méthodique.

Madame Kankou Coulibaly, Représentante du Directeur Exécutif du CNLS, qui a également salué la pertinence de l’initiative, des objectifs définis et le rôle essentiel du RESSIP/CONGAD, a souhaité que les stratégies retenues permettent d’atteindre le but de l’action.
Intervenant après Mme Coulibaly, Racine Talla, Coordonateur national de la campagne du millénaire pour l’atteinte des OMD a souligné l’importance du rôle de la société civile dans la lutte contre le VIH-SIDA.  Il a ensuite exhorté les acteurs engagés dans cette lutte, à analyser les contraintes socioculturelles en relation avec les réalités et valeurs  nationales
Les interventions du Docteur SAMBOU au nom du CCM, de Mme Ndéye Maty NDOYE, Coordonnatrice du Réseau Genre et Développement du CONGAD se sont inscrites dans le même sillage.